Pellet-fr

Les poêles et les cheminées à granulés   sont extrêmement pratiques et permettent une gestion du temps comme un système de chauffage normal.

Le granulé de bois, aussi connu sous le terme anglais de pellet, est un petit bâtonnet cylindrique de combustible compacté. Il est principalement issu du compactage des résidus de scieries comme les sciures et copeaux provenant directement de la sylviculture.

Ces granulés ont classiquement une section de 6 mm2 ou un diamètre de 6 mm et une longueur de 10 à 30 mm. Il en résulte que :

  • le poêle ou la chaudière à granulés peuvent fonctionner de manière entièrement automatique grâce à une alimentation en combustible mécanisée ; avec un réglage permettant théoriquement mieux de minimiser les émissions de composés organiques volatils (COV), goudrons et dioxines[réf. nécessaire] (par rapport aux bûches) ;
  • Il est plus facile de gérer sa consommation de bois grâce aux chaudières à pellets versant automatiquement les pellets en fonction de la chaleur souhaitée.
  • le stockage est facilité (par rapport à des bûches ou des plaquettes forestières) car la densité énergétique des granulés est élevée, et le conditionnement se fait généralement par sacs ;
  • ils sont livrables par camion-citerne adapté (le combustible est soufflé dans le silo en quelques minutes à l’aide d’un tuyau d’air comprimé) – ou par palettes de 66 sacs représentant au total environ une tonne (un sac pèse environ 15 kg).
  • Ils ne déshydratent pas l’air ambiant, répandant une odeur de bois dans le lieu de stockage.[réf. nécessaire]
  • Si le bois n’est pas pollué (peinture, plastique, etc.), ses cendres peuvent être réutilisées comme amendement au jardin4.
  • La filière bois est une économie locale5.
  • La combustion des granulés dégage du CO2 d’origine atmosphérique capté durant la croissance de l’arbre contrairement au pétrole dont la combustion dégage du CO2 d’origine souterraine. Cela entraîne que globalement le bilan carbone du bois est très faible car du CO2 atmosphérique est stocké puis réexpédié dans l’atmosphère (néanmoins l’impact n’est pas tout à fait neutre, car le transport et la transformation en sont également émetteurs).